Historique

La Ringueta, est ce nom qui est venu à l’esprit des « inventeurs » de 1985.

Et trente et un ans après, elle est encore là, tellement belle et tellement vivante.

Bon anniversaire Dame Ringueta. Et oui, tant d’années en disent long sur l’esprit de ce groupe de Sarladais : obstiné, têtu, engagé, serré comme une mêlée de rugby, fidèle aussi. En voyant la vitalité de la Ringueta, on peut s’assurer de la bonne santé de la conscience culturelle occitane en Périgord Noir. Elle fait plaisir.

Mais d’où vient ce nom « ringueta » ? Beaucoup ont utilisé le mot sans se poser la question, quand ils étaient petits. C’est le rang, la ligne, la rangée. Ce jeu qu’on appelle « le morpion » où il faut essayer d’aligner trois pions à la suite. La « rengueta » est donc cet alignement morpionistique. Elle se prononça plus tard « Ringueta ».

Un beau jeu pour les enfants et vite mis en place : un dessin géométrique, trois cailloux blancs, trois cailloux noirs et c’est parti fillette ! Un regret, quand même : elle se joue sur un drapeau anglais !… Chaque plaisir a son hoquet.

La transmission de la culture par le jeu.

C’était ça le but poursuivi par les inventeurs fous de 1985. C’est vrai que le jeu aide à sauter les barrières des conventions. Le jeu est fondateur dans la naissance de l’intellect et du comportement social. Regardez ces gens, petits et grands,  faire la course en sac, tirer au lance-pierre, grimper au mât de cocagne, tirailler le cordage du tir à la corde. Observez leurs regards et vous comprendrez. Alors, vous vous demanderez ce que vous foutez là, les mains dans les poches et il vous attrapera l’envie d’y aller vous aussi !

La seconde intention était de faire une fête populaire gratuite. Bien sûr pas quelque chose de commercial, mais qu’elle soit à la portée de tous, même ceux qui n’avaient  pas d’argent. Seuls le repas et les consommations devaient se payer. C’est encore vrai, le principe demeure. Des gens qui n’ont pas d’argent il en reste aussi ! Il faut croire que la vie actuelle ne fait merveille…

Au début, nous étions une bonne cinquantaine d’acharnés de la culture oc à la vouloir cette Ringueta. Il a fallu y faire, se battre, se faire aider, trouver des gens puis tenir le coup.

La place de la Liberté devint bientôt trop petite, on était trop serrés, il nous arrivait de plus en plus de monde. Il a fallu nous déplacer sur la Rigaudie, en compagnie d’Etienne de la Boëtie. Il nous conserve peut-être, Etienne, le bon sens essentiel de la combativité envers les petits tyrans qui, sous le couvert de la République, verraient d’un bon œil que la langue et la culture d’oc s’éteignent progressivement, quitte à les aider un petit peu.

Saluons-les, gens du Sarladais et d’ailleurs, saluons-les ces bénévoles, qui passent leur hiver à chercher, préparer, affûter, compter, arranger, avant le jour venu, de se lancer dans le brasier de la fête pour le bonheur de tous. Vous les connaissez sûrement, vous les avez vus plus d’une fois, ils vivent aux alentours. S’ils travaillent dans l’ombre, sans faire de bruit, n’allez pas croire qu’ils se cachent, non pas mon pauvre ! Ils sont fiers de leur action, mais ils portent, clouée dans leur poitrine, cette humilité d’ouvriers de la cause occitane qui leur donne cette force de remuer les montagnes.

Pensez-y à venir à la Ringueta le samedi 14 et le dimanche 15 mai 2016 sur la place de la Grande Rigaudie.

Daniel Chavaroche, ancien Ringuetaire

 

La Ringueta, es aquel nom que venguèt a l’esperit deus « inventaires » de 1985.

E trenta e un ans de mai, es enguèra aquí, tan crana e tan viva.

Bon aniversari Dòna Ringueta. E òc, tant d’annadas en disan long sus l’esprit d’aquel grope de Sarladés : caparut, testut, ligat sarrat com’una mesclada de rugbi, fidèl tanben. En veire la vitalitat de la Ringueta, l’am pòt s’afortir de la bona santat de la consciença culturale occitana en Perigòrd Negre. Fai plaser.

Mas d’ont ven aquel nom de « ringueta » ? Mai d’un an emplegat lo mòt sens se pausar la question, quand èran nenets. Quò’s lo reng, la renga, la renjada. Aquel juèc qu’apelèm « lo morpion » ont cal assajar d’alinhar tres pions en seguida. La « rengueta » es adonc aquel alinhament morpionistique. Se prononcèt pus tard « ringueta ».

Un crane juèc per los drollets e lèu botat en òbra : un dessenh geometrique, tres calhaus blancs, tres calhaus negres e fai tirar neneta ! Un regret, tot parier : se jòga sus un drapel inglés !.. Cada plaser a son sanglut.

La transmission de la cultura per lo juèc.

Aquò èra la finalitat perseguida per los fòls inventaires de 1985. Vertat que lo juèc ajuda a sautar las barradas de las convencions. Lo juèc es fondator dins l’espelida de l’intellect e del biais social. Avisatz aquel monde, petits e grands, far la corsa en saca, tirar al lança-peira, grimpar a mast de cocanha, estrigossar la drissa del tira-còrda. Avisatz lors regards e comprendrètz. Endonc, vos damandarètz ça que fotètz aquí, las mans dins las pòchas e vos atrapará l’enveja de i anar vosautres tanben !

La volontat segonda èra de far una festa populara gratuita. Segur pas quicòm de comercial, mas que siasque a la portada de cadun, quite los qu’avian pas lo sòu. Lo repàs e las consomacions sols se dèvian pagar. Es enguèra vertat, lo principi demòra. De monde qu’an pas lo sòu tanben ne’n demòra ! A creire que la vita actuala fai pas miranda…

A la debuta, eriam un cinquantenat d’acarnassits a la cultura d’òc a la voler aquesta Ringueta. Calguèt l’i far, se batre, se far ajudar, trobar de monde puèi tèner lo còp.

La plaça de la Libertat venguèt lèu tròp petita, eriam tròp sarrats, nos venián de mai en mai de monde. Nos calguèt estivar sus la Rigaudiá, en companhiá de l’Estèva de la Bostiá. Nos garda benlèu l’Estèva l’eime essential de la combativitat als petits tirans que jol cubert de la Republica veirian d’un bon uèlh que la lenga e la cultura d’òc s’atudessan pauc a pauc, quite a las i ajudar un bric.

Saludèm-los, monde del Sarladés e d’endacòm mai, saludèm-los tots aqueus benevòles que passan lor ivern a cercar, preparar, afustar, comptar, adobar, avant lo jorn vengut, de se lançar dins lo brasièr de la festa per lo bonur de tots. Los coneissètz de segur, los avètz vists mai d’un còp, vivan als alentorns. Se trabalhan dins l’escur, sens menar bruch, anatz pas creire que s’estuchan, que non paure ! Son fièrs de lor accion, mas pòrtan, clavelada dins lor pitre, aquest’umilitat d’obrièrs de la causa occitana que lor dòna aquèla fòrça de bolegar los monts.

Pensatz l’i de venir a la RINGUETA lo dissabte 14 e lo dimenc 15 de mai 2016 sus la plaça de la Granda Rigaudiá.

Daniel Chavaroche, ancian Ringuetaire